> Dessins > Projet Classe de CP

Les meilleurs amis (Kamishibaï)

Publication le Jeudi 01/01/2015

Projet de Kamishibaï réalisé par les élèves de la classe de CP de Cournonterral.

Les meilleurs amis

« Les meilleurs amis »... C'est l'histoire d'une petite ogresse : Bibi, et, d'un petit ogre : Babou.
Ils sont dans la même école : l'école des petits ogres où l'on apprend à attraper des enfants. Bibi sait toujours comment s'y prendre. Babou la trouve très forte :" Bibi, tu es vraiment très forte ! "

La petite ogresse ne l'entend même pas. Il insiste :" J'aime bien les taches et les trous de ta robe. La couleur verte de ton visage est vraiment super ! "

Mais Bibi n'aime pas les compliments que lui fait Babou :" Il me suit partout... il m'ennuie ! ". Et, elle s'enfuit.
Elle va se promener seule, dans la garrigue.

" Là, je suis bien. Enfin toute seule ! "

Tout à coup elle aperçoit quelqu'un au loin : " Mais ... on dirait un garçon ! Un humain ! Je vais l'attraper comme on me l'a appris à l'école des ogres. "
Elle court, s'arrête et se cache derrière un buisson de chèvrefeuille en fleurs. Au fur et à mesure qu'il s'approche, Bibi, l'observe à travers le feuillage.
Elle n'en revient pas : " Comme il est beau ce garçon ! .... Vraiment super beau ! " .
Elle n'a plus du tout envie de lui faire peur : " Je ne veux pas l'attraper ... il est trop merveilleux ! J'aimerais bien plutôt faire sa connaissance.... mais, je suis si verte... ma robe est moche pour un être humain... ça va lui faire peur.

Elle reste cachée derrière le buisson. Puis, elle entend des pas.

Elle regarde de l'autre côté du chemin et voit une fillette. Bibi est déçue :
" Oh, zut, une fille ! Elle lui sourit. C'est sûrement son amoureuse ! ". La petite ogresse se sent mal à l'aise, et, un peu jalouse.
Elle aurait bien aimé être seule avec le garçon :" Elle est mignonne et moi, je suis toute verte... ».
Elle réfléchit :" Je vais les saluer en leur offrant une branche de chèvrefeuille !".
Et, hop ! Pleine de courage, elle sort du buisson, s'approche avec un beau sourire et son bouquet à la main :" Bonjour !"
Les deux enfants sont très surpris, un peu effrayés en voyant l'ogresse. Ils n'osent rien dire.
Bibi, elle, annonce tout de suite : « Voilà, je suis différente. C'est vrai, mais je suis une enfant comme vous. Acceptez mon bouquet. " .
Elle offre le chèvrefeuille au garçon. Il dit tout bas : « Merci... Mais ? ... »

La petite fille, Lili ose :
Pourquoi es- tu verte ? Es-tu malade ? " .
Bibi explique calmement : " N'ayez pas peur surtout. Ecoutez- moi. Je ... suis...une ... petite ... ogresse. Je m'appelle Bibi. " .
Alors les deux enfants se lèvent et hurlent :
- " AU SECOURS !!!!! ".
- " N'ayez pas peur, je ne vous mangerai pas... Croyez moi. Je veux être l'amie des humains. Je n'ai pas choisi d'être une ogresse ! Je voudrais être votre amie. " Et, elle éclate en sanglots.
Lili la regarde :" C'est vrai, tu es très bizarre. Mais, tu parles comme nous. Tu sembles sincère. Essayons d'être amis, ne pleure plus ! ".
Bob, ajoute :" C'est vrai, tu es très bizarre. Mais, tu as eu le courage d'être gentille avec nous. Tu nous as offert des fleurs. Viens allons chez moi !"
La petite ogresse sèche ses larmes. Tous les trois partent jouer chez Bob.
Bibi pense aux parents du garçon. Ils vont avoir peur. Mais, cela tombe bien, ils sont absents.

Pendant ce temps, le petit ogre, Babou, recherche son amoureuse. De loin, il voit Bibi et les deux enfants. Il entend tout. Il est JALOUX parce qu'ils jouent ensemble et sont heureux. Alors il décide de tendre un piège à Bob et à Lili:
" Je vais creuser un trou dans le chemin près de sa maison. Le garçon et la fille tomberont dedans. Je les dévorerai tout crus comme me l'a appris mon père, l'ogre. "
Il se met au travail puis attend.
Quelques heures plus tard, les trois amis sortent de la maison. Le garçon est en tête , et.... comme l'a prévu Babou, les deux enfants tombent dans le piège.
Bibi comprend très, très, très vite car c'est le genre de piège que l'on apprend à l'école des ogres.

Elle voit Babou. Elle se précipite sur lui pour lui crier dessus : " Ce sont mes amis ! Ils sont gentils. De toute façon, ce n'est pas intéressant de manger des hommes. Il vaut mieux faire connaissance et se parler."
Le petit ogre est triste : "Je ne réussis jamais rien !"
Alors Bibi l'encourage : " Viens avec moi. Tu vas apprendre à les connaître Et, comme moi, tu n'auras plus jamais envie de les dévorer ! "
Babou est heureux car Bibi n'est plus fâchée. Il se calme :" Tu crois qu'ils vont vouloir jouer avec moi ? "
Elle répond gentiment : " Bien sûr, il suffit que toi, tu le veuilles sincèrement. "
C'est ainsi que tous les quatre deviennent les meilleurs copains du monde.
Ils grandissent et deviennent adultes. Bibi, l'ogresse ne mange pas d'enfants et elle aime Bob, le garçon. Il l'aime aussi et il rêve de lui ressembler: être tout vert, comme elle ! Il serait alors totalement ...HEUREUX
De son côté, la fille, Lili aime Babou, l'ogre. Il l'aime aussi et il rêve de lui ressembler : avoir la même couleur de peau et ne jamais manger d'enfants. Il serait alors totalement ... HEUREUX !

Puis un jour ils se marient.

Savez-vous quel cadeau Bibi fait à Babou ? -« Prends cette potion, je te l'ai préparée avec du jus de banane, de poivron, de cheveux humains et d'huile de pétales de rose. Avale-la, tu auras la même couleur que Lili. "

Et, savez-vous quel cadeau Babou a fait à Bob ?

-" Prends cette potion, Je te l'ai préparée avec de la poussière de diamant, de l'eau, du sirop, du vinaigre, de l'herbe bien verte. Avale- la, tu auras la même couleur que Bibi, et, comme elle, tu ne mangeras pas d'enfants."

Ils boivent les potions et ça marche !! Tous les quatre amis furent vraiment très, très, très, très heureux toute leur vie.

 " Là, je suis bien. Enfin toute seule ! " 

 

 Tout à coup elle aperçoit quelqu'un au loin : " Mais ... on dirait un garçon ! Un  humain ! Je vais l'attraper comme on me l'a appris à l'école des ogres. "

Elle court, s'arrête et se cache derrière un buisson  de chèvrefeuille en fleurs. Au fur et à mesure qu'il s'approche, Bibi, l'observe à travers le feuillage.

Elle n'en revient pas :  " Comme il est beau ce garçon ! .... Vraiment  super beau ! " .

Elle n'a plus du tout envie de lui faire peur : " Je ne veux pas l'attraper ... il est trop merveilleux !  J'aimerais bien plutôt faire sa connaissance.... mais, je suis si verte... ma robe  est moche pour un être humain... ça va lui faire peur.

 

Elle reste cachée derrière le buisson. Puis, elle entend des pas.